L’histoire du drapeau haïtien

18 mai 2016

Tous les 18 mai, les Haïtiennes et les Haïtiens célèbrent la création de leur drapeau. Cette année, il s’agira de son 213e anniversaire. Derrière cette fête, c’est tout un pan de l’histoire d’Haïti qui se raconte.

 

Le drapeau d’Haïti est rouge et bleu organisé en deux bandes horizontales. Créé en 1803, il a été adopté dès 1820 et officialisé en 1843.

Il avait été remplacé par un drapeau rouge et noir sous la dictature des Duvalier de 1964 à 1986. Dix jours après le renversement de Jean-Claude Duvalier (février 1986), il a été réhabilité officiellement et confirmé par la constitution de 1987.

Les armoiries de la République sont : le palmiste surmonté du bonnet de la liberté et, ombrageant de ses palmes, un trophée d’armes avec comme légende: « L’Union fait la Force ».

Au cours d’un combat qui eut lieu en Plaine du Cul-de-Sac, entre une troupe française et la treizième demi-brigade coloniale, celle-ci perdit son drapeau qui était le tricolore bleu, blanc et rouge de la France. Les Français après s’en être emparés firent ressortir dans un texte imprimé qu’il n’était pas vrai que les indigènes eussent l’idée de l’indépendance puisqu’ils avaient conservé l’emblème de la nation française.

Alexandre Pétion qui commandait cette troisième brigade fit aussitôt, de son côté, rapport de cette interprétation à son chef, le général Dessalines, et celui-ci saisit cette occasion pour donner à ses troupes un nouveau signe de ralliement.

On était en février 1803 et le général en chef des indigènes tenait son Quartier général à la Petite-Rivière-de-l’Artibonite. Le geste suivant promptement l’idée, il arrachait du tricolore français la couleur blanche et rapprocha le rouge du bleu: le bicolore (bleu et rouge) qui serait désormais le Drapeau des Indépendantistes était créé.(…) il réunit les principaux chefs des corps d’armée en un congrès qui eut lieu au Bourg de l’Arcahaie le 18 mai 1803. Tous les généraux ayant approuvé la décision du Général en Chef, ce dernier se rendit sur la Place d’Armes du bourg et présenta solennellement aux régiments formés en carré le nouvel emblème.

Le haut commandement français n’apprit cet événement que par l’Amiral Latouche Tréville qui, naviguant entre Port-au-Prince et l’Arcahaie, avait capturé, le lendemain 19 mai, une barge indigène portant un drapeau bleu et rouge. L’amiral français en fit immédiatement rapport en faisant remarquer que sur le drapeau indigène étaient écrits les mots: «Liberté ou la Mort».

Après la mort de Dessalines, le 17 octobre 1806, le général Pétion, chef de l’Ouest et du Sud du Pays, modifia le drapeau en plaçant horizontalement le bleu et le rouge. Dans le même temps, le général Henry Christophe (1811-1820) qui gouvernait le Nord, le Nord-Ouest (en partie) et l’Artibonite adoptait le drapeau noir et rouge.

À la mort de Christophe, le général Jean-Pierre Boyer qui avait succédé en 1818 à Alexandre Pétion réunit, sous le signe du drapeau bleu et rouge, le Nord au reste du Pays. Quant aux armes de la République, bien qu’adoptées par le Président Pétion, elles ne commencèrent à figurer sur le drapeau haïtien qu’après le vote de la Constitution de 1843 qui prescrivit en son article 192:  » Les couleurs nationales sont le bleu et le rouge placés horizontalement. Les armes de la République sont le palmiste surmonté du bonnet de la liberté et orné d’un trophée d’armes avec la légende:

« L’Union Fait la Force » « .

© La Fondation Kanpe. KANPE MD est une marque déposée de The Kanpe Foundation, Inc.